papillons

Jours de mûres et de papillons de Marie Evkine.

Les éditions Moires

 

Résumé :

Deux femmes s'aiment avec passion et c'est la rupture. Pour celle qui n'accepte pas, qui continue d'espérer et de croire à leur histoire, c'est l'effondrement, avec ses détresses, ses révoltes, ses pulsions, sa solitude. Pour celle qui ne peut se résoudre à oublier passent les saisons dans l'incompréhension, quelque chose lui a échappé, elle essaie de comprendre. Alors elle multiplie les rencontres, elle s'isole dans un monastère, elle voyage en Italie, en Amérique, mais toujours elle revient à Paris. Paris est sa ville, Paris est leur ville. Paris est la ville des amoureux avec ses ponts et ses lumières. Où qu'elle soit, elle pense à celle qu'elle continue d'aimer. Une histoire universelle, vous pensez, et pourtant si singulière. Une histoire aussi où le désir et la jouissance sont racontés sans voyeurisme. Marie Evkine sait dire dans ce livre les "débordements" et ce qui peut sembler parfois improbable, avec poésie. Elle dit l'isolement, elle dit la passion.

Mon avis :

Premier roman de son auteur, Marie Evkine, publié aux éditions Moires. Auteur déjà connue pour avoir publié trois recueils de poésie et qui ici, nous fait découvrir  sa vision de l’amour lesbien.

A travers ce couple de femmes, on découvre l’amour, la détresse, puis la maladie qui les éloigne, faisant perdre à leur couple son sens, et qui pousse l'héroïne vers la multiplication des conquêtes, à la découverte d’autres corps, d’autres goûts, tout en recherchant celui de l’être aimé.

Les scènes de sexes sont justes, délicieuses et pleine d’érotisme : « à ce jeu du chat et de la souris, nous avons beaucoup joui », et le lecteur découvre que l'on peut être malade d'amour.

J’ai apprécié découvrir la tranche de vie de ce couple, l’auteur nous fait partager son amour des femmes, avec l’envie, le désir ainsi que les jeux amoureux dont fait partie la domination.

Toutes les scènes de vie ne font pas rêver mais le style et les descriptions qui en sont faites, vous les font apprécier. C’est l’occasion de découvrir tous types de femmes mais surtout l’amour qu’elles se portent : mutin, coquin, joueur, rêveur ou dominateur puis parfois le dégoût, le manque ou l’ennui.

Ce livre c'est aussi  un voyage : Paris, Rome, New York, seules les dimensions changent.  J'aurais espéré que le lieu soit un protagoniste encore plus présent, pour l'apprécier tout au long de l'histoire et pas uniquement lors de la dernière partie.

La structure en trois parties scinde parfaitement les tranches de vie qui y sont associées, Marie Evkine a un style parfaitement singulier , si poétique que ses mots s’enroulent, virevoltent et vous transportent à travers l'histoire.

Un livre où pour moi le lesbianisme prend tout son sens : caresses, tendresse, volupté définissent parfaitement l'amour au féminin.

Une romance douce presque amère, qui vous passionne le temps de sa lecture et qui peut vous en apprendre sur les femmes : « certaines d’entre elles, dotées de petits seins savent davantage ce que le plaisir mammaire veut dire. Une langue qui les suce, les lèche, les mord, les aspire, peut leur procurer moult soupirs, gémissements et cris. »

Ce roman peut parfaitement être le reflet d’une douce réalité d’un couple de femmes, en tous cas il est idéal pour le découvrir.

Un grand merci à Virginie des éditions Moires pour ce très beau cadeau et la découverte de cette plume singulière grâce à ce service presse, je mesure et partage maintenant votre enthousiasme.